billets d’artistes

Echos de l’atelier Diana 2018

Quelques billets envoyés après l’envol, en attendant que nous nous retrouvions pour d’autres aventures, les uns et les autres, ici ou là, dès que possible….

Belinda Kunz (Endimion, Paris/Strasbourg)
Endimion & Aurilla
Endimion (Belinda Kunz) & Aurilla (Janina Staub)

Génération Baroque transmet une énergie toute particulière. Son directeur sait réunir une belle équipe et ouvrir un espace où chacun se sent libre d’expérimenter des choses.

Dans un temps nécessairement court, et très intense, chacun donne le meilleur de lui-même. On partage beaucoup, sur scène et hors scène. J’ai rencontré des personnes généreuses, humainement et artistiquement, venues des quatre coins du monde.

C’est un plaisir aussi de découvrir des musiques qu’on n’avait encore jamais entendues. Il y a des pages magnifiques dans Diana de Keiser. Et le fait de s’aventurer en terre inconnue donne une liberté scénique qui a beaucoup contribué à la joie de nombreux moments.  

Merci à Martin pour l’élégance dans la musique, à Benjamin et à Pénélope pour la folie, à mes collègues chanteurs et musiciens et à tous pour la joie et les rires en même temps que pour l’exigence avec laquelle chacun s’est investi dans le projet.

Janina Staub (Aurilla, Berlin)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Eine tolle Gruppe voll motiviert, sehr begabt und mit viel Freude an der Musik.

Außerdem eine kecke Inszenierung, die schon gewagt, dennoch uns alle fördert und fordert und uns oft zum Lachen gebracht hat.

Ein wunderbares Projekt, in dem man viel lernt und vieles ausprobieren kann ».

« An extremely talented and above all highly motivated team full of joy of music.

Also thrilling scene work, pushingthe casts to the limits in a most challenging and rewarding way, gaining a lot of laughter and fun.

A wonderful project where you can experiment and learn so much ».

Tilmann Albrecht (clavecin, Berlin)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Sänger/innen zu begleiten ist einfach das Beste, denn Text, Handlung und Staging inspirieren mich zu einer bunten Farbpalette. Wenn dann in der Oper auch noch Cupido diverse Liebespfeile verschießt, bin ich genau am richtigen Ort. Génération Baroque ist für mich: internationales Elsass, nächtliche Sarabanden-Improvisation, ein Topfpflanzen-Dschungel auf der Bühne und Tanz in der Musik« .

Benjamin Prins (mise en scène, Paris, Vienne et ailleurs)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Quelle est la recette d’un bon spectacle ?

S’agit-il d’ajouter les ingrédients musique, fable, acteurs, lumières, costumes, scénographie avec maîtrise et savoir-faire ?

Comment distinguer un bon spectacle d’un spectacle inoubliable ? Cette question m’amène à m’interroger sur ce qui fait que l’eau bout.

Et donc, je cherche toujours comment « chauffer » le spectacle de ce degré de plus, ce degré mystère qui fait toute la différence.

Finalement il n’y pas grande différence entre une eau à 50 et à 99 degrés. C’est plus ou moins très chaud, mais ça reste de l’eau liquide. Alors qu’une eau à 100 degrés, et bien, c’est un autre monde.

Les 6 solistes de Génération Baroque se sont avérés être des hommes et femmes de théâtres hors pair. Acteurs, chanteurs, attentifs aux lumières, se maquillant eux-mêmes, prenant soin de leurs costumes comme d’une seconde peau, disposant leurs accessoires avec la plus haute importance, ils ont appris ce que signife le mot « engagement ».

L’engagement individuel se ressent sur la qualité d’un spectacle.

C’est l’investissement émotionnel des interprètes qui fait la différence, m’ a dit un jour la chorégraphe Anja-Maria Tasarz.

Grâce à ce « degré de plus » on peut dire que la température passe au théâtre de 99 à 100 degrés, et c’est là toute la différence entre un bon spectacle et un spectacle qui bout.

Le public attend plus que la perfection. Il attend l’engagement.

Il attend l’artiste qui sur scène bout. 

Les soucis du public se transforment alors en vapeurs, et le spectateur happé par la catharsis peut s’abandonner complètement, espérer, s’impatienter, trembler, rire, recharger ses batteries, chauffer, bouillir, reformuler ses rêves, et le pari est gagné« .

Carlos Arturo Gómez Palacio

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« I believe it is better for me to write a few loose sentences…

Martin´s time-tempo is unique, it was quite hard for me to understand in the beginning, but once the music and the work began to flow I could realize how that all fitted together. His comparisons between baroque music the Beatle´s « Yesterday » were enlightening. Sometimes a simple exemple is better.

Everyone in the group was a bit crazy in his own way, that was great, it made the show extremely exciting. And the off-stage time interesting as well.

I remember Benjamin stayed up late every night, working on the show with Penelope, assessing what had been achieved and adjusting for the next day. Thank you for such a considerable work. 

It was a great place to experiment stage and music. Sometimes things worked, sometimes not, but being allowed to try out in a trusting environment was very valuable.

Thank you for the invitation to participate ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s