« Concert sur l’Alceste » : le cru 2016

Alceste Quadrat_mit Schrift_72dpi_web.jpg

Nous avons le plaisir de confirmer la sélection des participants à la session 2016 de Génération Baroque.
dessus

  • Véronique Housseau : Alceste
  • Marie Christine Köberlein : Thétis, Nymphe
  • Aurora Peña Llobregat : Céphise
  • Lilia Dornhof : Proserpine, Gloire

hautes contres

  • Mathieu Peyregne : Lychas, Phérès
  • Marc Scaramozzino : Alecto, Apollon

tailles

  • Maxime Duché : Admète
  • Takeharu Tanaka: Phérès

basses tailles

  • Jaroslaw Kitala : Alcide
  • Pierre Beller : Licomède, Eole

basses

  • Felipe Carrasco : Straton, Charon
  • Maxime Saiu : Cléante, Pluton

violons

  • Sayaka Shinoda
  • Elvira Martinez Gabaldón
  • Alexander Pilchen
  • Adèle Winckler
  • Linda Przybiernow
  • Céline Steiner

haute contre et taille de violon

  • Murielle Pfister
  • Sara Goméz

basse de violon

  • Bruno Hurtado

viole de gambe (basse continue)

  • Julie Petit

hautbois et flûtes à bec

  • Aurélien Laizé (1er htb, 2e fl)
  • Lucile Tessier (2e htb, 1e fl)

basson

  • Kamila Wysłucha

clavecin

  • Nicolas Venner
  • Clémence Schweyer (assistante)

théorbe

  • Jonathan Funck

percussion

  • Laurent Sauron

C’est parti !

Capture d’écran 2016-06-03 à 16.30.14

Génération Baroque 2016

« Concert sur l’Alceste » de J.B. Lully / S. de Brossard
& Concerts instrumentaux de Georg Muffat

C’est parti, on auditionne !

Nos candidats pour la session 2016 de Génération Baroque sont soigneusement sélectionnés sur dossier et enregistrements. Après un premier tour de sélection sur dossier, les candidats sont convoqués pour auditionner en France, en Suisse et en Allemagne.
Cette année, les auditions auront lieu :
– à Trossingen – Musikhochschule Trossingen / 18 juin
– à Strasbourg – Cité de la Musique et de la Danse / 29 juin
– à Bâle – Schola Cantorum Basiliensis / 4 juillet
– à Paris – Centre de Musique Baroque de Versailles / 5 & 6 juillet

C’est là que tout se joue (au propre comme au figuré), car c’est au terme de ces auditions que la distribution définitive de l’édition 2016 de Génération Baroque est décidée après mûre réflexion par le jury.
Après, on se donne rendez-vous en novembre pour une semaine de travail et des concerts sur les bords du Rhin !

Génération Baroque 2016

Capture d’écran 2016-04-27 à 16.51.35

J.B. Lully : Alceste
G. Muffat : Concerts instrumentaux

Les auditions sont à présent closes.
Elles ont eu lieu au mois de juin et au mois de juillet à Paris, Strasbourg, Bâle & Trossingen.

Quelques réglages finaux restent à faire avant la publication de la liste définitive des candidats retenus. Ce sera dans les tout prochains jours. 


Pour plus d’informations et pour le formulaire de candidature en cliquer ici.

—-

Auditions, which have been held in June and in July in Paris, Strasbourg, Basel & Trossingen, are completed.

After some final adjustments, we will publish the final casting.
More information and application form by clicking here.

Retour sur Génération Baroque avec Jaroslaw Kitala

Jarolslaw Kitala

Jaroslaw Kitala a rejoint la production de Génération Baroque à l’automne, pour la deuxième période, quand tous les chanteurs avaient déjà intégré leurs rôles. Un challenge ! Un bonheur aussi : dans l’Italiana in Londra, ouvrage de théâtre comique autant que d’opéra, Jaroslaw  jouait le rôle du joyeux Napolitain, Don Polidoro, égaré entre les personnages « normaux ». Il devait prendre le relais d’ Alvaro Vallès, qui avait brillamment endossé le rôle à Amilly, un rôle central et déterminant pour l’atmosphère et l’énergie de la pièce : qu’on imagine la commedia dell’arte sans Arlechino ! Ici, c’est de cela qu’il s’agit, sous d’autres noms, sous une autre histoire.

Quand il n’est pas à la recherche de la « pierre Elitropia » qui lui permettra de devenir invisible pour jouer des tours à son percepteur, à son banquier et à ses rivaux en amour – pour finalement se retrouver la risée de tous – il nous raconte son expérience à Génération Baroque :
« Ma participation au projet de l’Italiana in Londra cette année s’est avérée une aventure merveilleuse, tant artistiquement que socialement, même si le personnage que je jouais sur scène n’avait pas l’air très bien intégré…😉
C’était incroyable de rencontrer tous ces gens, motivés à l’idée de créer ensemble quelque chose de beau, avec le spiritus movens central de tout l’ensemble : un directeur musical charismatique et empli d’une énergie musicale inspirante.
Mais au-delà de ce plaisir, c’était aussi une belle expérience scénique et vocale, un challenge qui m’a apporté énormément de satisfaction sur le plan professionnel et qui m’a poussé, je crois, vers la prochaine étape de ma carrière de chanteur. »
Don Polidoro e Livia : Gente, aiuto, aiuto !
Don Polidoro e Livia : Gente, aiuto, aiuto !
Jaroslaw Kitala est actuellement membre de l’Opéra Studio de l’Opéra du Rhin. Martin Gester l’avait repéré dans Il Matrimonio Segreto du même Cimarosa donné en juin à l’Opéra du Rhin, une magnifique réalisation d’équipe, dans une très belle et spirituelle mise en scène, où Jaroslaw n’avait pas peu contribué à la vivacité et à la force dramatique. Mais dans l’Italiana in Londra, c’était pour lui un récital de tours comiques tels qu’on en apprend dans les meilleures ateliers de théâtre, et il faut croire qu’il a été à très bonne école dans sa Pologne natale. Sans oublier qu’en plus d’un tempérament dramatique et comique hors pair (l’une de ses partenaires disait de lui avec des étoiles dans les yeux : « il est fou » voulant dire « prêt à tout »), il est un magnifique baryton à la projection facile et à la diction claire et éloquente.
Nos remerciements vont à l’Opéra Studio (dir. Vincent Monteil) pour leur coopération par la mise à disposition de ce talentueux artiste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jaroslaw Kitala (Don Polidoro) et Germán Alcantara (Milord Arespingh)

 

Développements en cours…

 

Entre deux représentations de l’Italiana in Londra, une interview de Martin Gester pour Eurojournalist.eu à propos de Génération Baroque, de son fonctionnement et de ses perspectives.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré la rigueur des temps, grâce à un enthousiasme fondé sur une expérience qui s’étoffe, une équipe qui grandit et un rayon d’action qui s’élargit, de plus en plus, Génération Baroque suscite de l’intérêt hors frontières.
Par sa recherche et sa promotion des talents, par son inventivité et la fraîcheur de son approche, en enjambant les frontières et les genres, son équipe en est sûre, cet Atelier Opéra des 2 Rives va dans le sens de l’histoire.

http://eurojournalist.eu/generation-baroque-bemerkenswerte-kunst-am-oberrhein/

Dans la presse…

ODB-Opera

(à propos de la représentation de Barr, Alsace, le 31 octobre)
PA312698.JPG
Barr, 31 octobre 2015

« Le livret avait tout pour plaire en cette fin de dix huitième siècle (…)
Le finale du premier acte est particulièrement important, il dure près de dix sept minutes. Il commence dans un tempo modéré et finit prestissimo au fil d’une impressionnante accélération freinée en son milieu quand Don Polidoro chante une sérénade napolitaine authentique… Dans la scène ultime afin de traduire le désarroi qui saisit tous les protagonistes, Giuseppe Petrosellini utilise la métaphore des occupants d’un navire surpris par une violente tempête: « Son qual nave in mar turbato fra l’orror della tempesta…. Ce passage, en dépit d’un petit orchestre et les cinq passagers du navire en déroute, est d’une rare puissance.
L’Italiana in Londra est un jalon important sur la route qui mène aux chefs-d’oeuvre de Domenico Cimarosa que sont Le Trame deluse (1786) et Il Matrimonio segreto (1792).

Il s’agit de la première création de cet opéra en France depuis l’adaptation de 1801…
La scène qui se déroule à une époque indéterminée est décorée de panneaux évoquant la capitale britannique et des intérieurs bourgeois. Comme dit dans la présentation du spectacle, l’action nous plonge dans un univers à la fois amoureux et burlesque qui est celui de la comédie napolitaine, sur fond de montée de la bourgeoisie et du commerce international. La direction d’acteurs très précise, participe activement à la caractérisation des personnages qui avec l’aide de la musique , acquièrent une humanité authentique. A noter que la plupart des récitatifs secs ont été remplacés par des dialogues en français résumant avec efficacité l’intrigue qui se déroule à toute vitesse. Le fait que les artistes proviennent de différents pays européens, est en totale cohérence avec le livret.

Graziana Palazzo (soprano) est Livia, l’Italienne. Elle chante deux parmi les plus beaux airs de la partition. Si dans le premier, elle n’avait pas tout à fait pris ses marques, par contre dans les ensembles et surtout dans le second air, Dunque per un infido…, elle donna la pleine mesure de son talent et nous enchanta de sa belle voix au legato parfait. Eva Maria Soler Boix (mezzo soprano) donna une version désopilante du rôle de madame Brillante. Elle n’est pas seulement une comédienne née mais encore une chanteuse d’exception dont la voix se projette hardiment. Francisco Javier Manalich (ténor) incarna Sumers, le négociant hollandais, avec beaucoup d’intelligence et des moyens vocaux très convaincants. German Enrique Alcantara fit preuve de capacités vocales remarquables dans des airs au registre très tendu notamment dans le fameux Sire, Io vengo a vostri piedi…. Enfin, Jaroslaw Kitala (baryton) fit preuve d’un tempérament comique hors du commun et nous régala de sa belle voix bien projetée. A noter que les cinq protagonistes firent vibrer la salle dans le magnifique ensemble qui clôt l’acte I, clou du spectacle. Les cinq comédiens-chanteurs évoluèrent souvent parmi les spectateurs en les prenant parfois à témoin à la grande joie du public.
Martin Gester assura le direction de l’orchestre et des chanteurs avec son autorité habituelle. Les membres de l’orchestre, jouant sur instruments anciens dans une optique historiquement informée, firent preuve de capacités techniques et expressives remarquables dans des tempi souvent très rapides.. D’excellents cors naturels apportèrent à l’orchestre l’assise harmonique, garants d’une belle sonorité d’ensemble ».

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php?f=6&t=16570&p=262718#p262718

 

Große Oper in der südbadischen Provinz

Das Straßburger Opernatelier « Génération Baroque » mit « Eine Italienerin in London » in Endingen.

PB032827.JPG

 

« Es gibt Angebote, die kommen vielleicht nur einmal im Leben – und dann muss man zugreifen, ohne zu überlegen. Glücklich diejenigen, die das gemacht und das in Deutschland einmalige Gastspiel des renommierten Straßburger Opernateliers der zwei Rheinufer « Génération Baroque » mit der Komischen Oper « Eine Italienerin in London » am Dienstag im Bürgerhaus Endingen besucht haben.

Der Endinger Direktorin der Deutschen Kammerschauspiele war es zu verdanken, dass die Menschen am Kaiserstuhl diese « Sternstunde » erleben durften. Die in Berlin tätige Bühnenbildnerin Anita Fuchs aus Freiburg hatte den Kontakt zu Anette Greve eingefädelt. Dass die Offerte von dem bekannten Straßburger Instrumental- und Vokalensemble « Le Parlement de Musique » eine wohl einmalige Chance für das Kaiserstuhlstädtchen ist, war ihr sofort bewusst. Ungeachtet der kurzen Vorlaufzeit fand das Projekt auch auf dem Endinger Rathaus sofort Fürsprecher und so sah sich das begeisterte Publikum am Dienstagabend einem international zusammengesetzten Ensemble aus überragenden jungen Musiktalenten gegenüber. « Sie studieren in Straßburg, Paris oder in Trossingen und haben sich für dieses Opernprojekt nur für kurze Zeit zusammengefunden », sagte Projektleiter Martin Gester und fügte hinzu: « Vor einigen Wochen haben sich diese begabten jungen Leute noch nicht gekannt – aber ich bin mir sicher, dass sie sich im Lauf des Lebens immer wieder finden. Die intensive Zeit kann niemand von uns vergessen. »

Unvergesslich wurde der Opernabend in Endingen auch für das Publikum: Die erfrischende Aufführung der komischen Oper des italienischen Komponisten Domenico Cimarosa war ein theatralisches Ereignis, dem die Zuhörer jede Minute gebannt folgten. Dass die Oper in französischer Sprache aufgeführt wurde, tat dem Genuss keinerlei Abbruch: Zu betörend waren die Gesangsdarbietungen und die lyrische Barockmusik des Orchesters. Weitgehend ohne technische Hilfsmittel wirkte die Strahlkraft der Stimmen und das Publikum war unvermittelt mittendrin im turbulenten « Intermezzo comico » im Londoner Gasthaus der Madame Brilliant.

Das Geschehen spiegelte sich in den kleinsten Gesten, im Ausdruck der Gesichter oder in der Haltung wieder, in der die Hände manchmal ein irrwitziges Eigenleben entwickelten. Beispielsweise Jaroslaw Kitala, der umwerfend beeindruckende Bariton: Er war – einschließlich seiner roten Jacke – ununterbrochen eine Augenweide als feuriger und einfältiger Don Pilodoro. Wie der sich unsichtbar Wähnende selig im Schoß von Madame Brillante versinkt, kann nicht mit Worten beschrieben werden.

Aber auch seine Mitspieler agierten als Sänger und Darsteller, wie man es im Endinger Bürgerhaus noch nie zuvor erlebt hatte. Für das Publikum war es zusätzlich eine Offenbarung, die Oper so nah zu erleben wie es in großen Metropolen (jemand erwähnte New York) mit keinem Opernglas möglich gewesen wäre.

Dass an diesem Abend so mancher Besucher zum Opernliebhaber avancierte, lag an der hohen Kunst und Ambition jedes einzelnen Mitwirkenden. Doch auch die gute Akustik im Bürgersaal hatte ihren Anteil am Genuss. So kam das Publikum der Ermunterung von Martin Gester zum Szenenapplaus gerne nach und dankte am Schluss minutenlang mit stehenden Ovationen. Sichtlich ergriffen von diesem Musikerlebnis rückte Anette Greve hinterher noch einmal die Strippenzieher des Projekts und den Regisseur Carlos Harmuch ins Scheinwerferlicht.

Weil sich das französische Opernatelier zur Aufgabe gemacht hat, junge Talente zu fördern und sich noch stärker im Oberrheingebiet etablieren will, besteht nach Martin Gester durchaus die Chance auf eine weitere musikalische Begegnung in der südbadischen Provinz: « zwischen Italien und London in Endingen. »

Badische Zeitung, 5-11-2015

Portraits et billets d’artistes

©AF_Generalprobe_20

En français, en allemand, en anglais, peu importe. Génération Baroque est divers et aime la diversité, surtout quand elle secoue les habitudes et met sur orbite de nouvelles idées…

Maxime Duché, ténor. 
DSC_4856.JPG
Maxime Duché

Maxime chante Sumers, le riche commerçant hollandais. Lillois parisianisé, il a rejoint la production pour reprendre le rôle de Francisco Mañalich après la 3e représentation :  » Pour mes débuts avec Génération Baroque, j’ai pu constater que c’était un formidable lieu de rencontre sur le plan artistique et humain. Des artistes venant de milieux et de pays très divers. Ici la différence est une grande force.

J’aurais aimé écrire un petit mot pour chacun, je fais une petite dédicace à « Milord Alcantara » (ndlr : Germán Alcántara, qui chante Milord Arespingh) : Au delà d’une magnifique voix au timbre chaleureux, c’est aussi un mec super avec lequel on rigole beaucoup !!! Plusieurs personnes m’ont dit que nous formions un paire parfaite sur scène, quel dommage qu’il n’y ait pas un duo Sumers/Milord dans l’Italiana in Londra… peut être faudrait-il le créer ? »

Charlotte Sophie Kohl (violon / Violine) (Trossingen, D)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Charlotte Sophie Kohl, Marine Mairet, Hsu-Mo Chien, violons 2

Charlotte étudie en ce moment à la Musikhochschule de Trossingen, spécialisée en musique ancienne (en Allemagne, on a décidé de spécialiser certaines institutions dans des domaines particuliers pour éviter la dispersion, contre-performante). Elle nous a confié : une telle expérience nous manque : nous faisons beaucoup de concerts, mais d’opéra peu, et mis en scène encore moins. Elle compte bien renouveler l’expérience : « qu’est-ce qu’il y a au programme l’an prochain ? « .

C’est elle qui a laissé aller sa plume au gré de ses impressions sur ses partenaires de l’orchestre (en marge : elle nous a confié qu’elle était en train d’écrire une pièce de théâtre). Voici ses billets :

Anna Rogers (violon 1, leader / Violine, Konzertmeisterin) (Basel, CH)
PA312490.JPG
Anna Liza Rogers, violon (leader), Antonio De Sarlo, Hachidai Saito, violons

Anna ist unsere 1. Geigenqueen. Sie ist zwar die kleinste im Orchester kann dies aber gut durch Witz, immer gute Laune und ihren britischen Charme wett machen. Für sie fängt die Tempogrenze erst bei Lichtgeschwindigkeit an. Und Starallüren müsste sie im Wörterbuch nachschauen, da ihr diese völlig unbekannt.

Manuel Dahme (clavecin / Cembalo) (Basel, CH/Stuttgart, D)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Manuel Dahme, clavecin

Wenn die Musiker nach der Anzahl der zu spielenden Noten pro Minute bezahlt würden, wäre Manuel Millionär. Nicht nur, dass er jegliche Tempoangaben auch ohne Sicht, quasi blind erahnen kann, nein, er hat er auch die Fähigkeit, das Orchester vom Cembalo aus zu recht zu weisen, und manche Sängerin in Vertretung der Polizei von der Bühne zu führen.

Francesca Venturi (violon alto / Viola) (Frankfurt, D)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Francesca Venturi, violon alto / viola

Francesca widerlegt sämtliche Vorurteile, dass Bratschen zu langsam sind. Dies stellt sie in ihrem Part im Orchester zur genüge unter Beweis. Oft ist sie das Metronom und wenn sie mal sechzehntel zu spielen hat, müsste man auf der Videoaufnahme die Funktion Slow Motion einstellen, um wenigstens in den Genuss von einer dieser unglaublich schnellen Noten von ihr zu kommen. Allerdings kommen diese nur in Verbindung von mehreren sechzehntel Noten zum tragen.

Samuel Casale (Italie/Strasbourg) & Johanna Bartz (flûtes / Flöten)  (Berlin, D/Basel, CH)
PA312508.JPG
Samuel Casale & Johanna Bartz

Johanna et Samuel se sont immédiatement entendus comme un duo clés en mains. A priori, la partition ne manquait pas d’occasions de faire la pause : à l’origine, ce sont les hautboïstes qui prenaient les flûtes pour certains airs. Qu’à cela ne tienne, ils ont su, comme cela se faisait, ajouter ici et là des parties en complément ou en échange des violons ou des hautbois, avec quelques conseils éclairés. Décoratifs, ils l’étaient aussi : le metteur en scène leur a réservé une place de choix entre les acteurs et l’orchestre. 

Berit Kumkar (cor / Horn) (Trossingen, D)

Bei Berit zeigt sich ihre Flexibilität nicht nur im schnellen wechseln der Bögen für Ihr Horn sondern auch in der Auswahl des Bieres. Hierbei ist es egal ob deutsches oder französisches…Hauptsache es ist genügend da! Diese Großzügigkeit zeigt sich oft ungewollt in ihrer Intonation von manchen Stücken, in denen sie eine Trefferquote von 83,5% hat (wobei diese prozentual mit der Größe der Bögen bzw tiefe der Töne abnimmt) Und wenn andere schon Richtung Bett wanken, hat sie immer noch ein Lied in der Karaokebar offen.

Jules Lézy (1er cor / 1. Horn) (Paris/Basel, CH)
PB022740.JPG
Eva Maria Soler, Francesca Venturi,  Jules Lézy, Anna Rogers, Berit Kumkar, Graziana Palazzo

Die berühmte Trinkfestigkeit der Blechbläser zeigt sich bei Jules nicht in der Menge der geleerten Biergläser sondern in der erfragten Anzahl der zur Auswahl stehenden Weinsorten. Auch sonst ist er ein super Gentleman. Und wenn es ums feiern geht, so ist für ihn die Party immer erst « morgen ».

Benjamins : le nouveau et l’ancêtre : Aurélien (hautbois) & Adrien (contrebasse)
Aurélien
Aurélien Laizé

Ils ont tous les deux 21 ans. Adrien Alix, contrebassiste de choc, a déjà accumulé une expérience appréciable au sein d’ensembles divers, si ce n’est renommés. Il était déjà du voyage en 2013 pour la production Orpheus de Telemann, benjamin imberbe de 19 ans, chouchou des violonistes. Mais cette fois, sa barbe triomphante lui donne des airs de jeune ancêtre, seul à être debout avec le chef, l’air maître de la situation – et il l’est, pleinement avec sa contrebasse à 3 cordes, l’attention à ce qui se passe toujours en éveil, et d’une redoutable efficacité  dans le tutti avec son partenaire violoncelliste – presque aussi jeune, tout aussi efficace, Kevin Bourdat. Quelle équipe !

Orch Adrien
Aurélien et Adrien, au fond de l’orchestre, avec aussi Olga et Kevin

Aurélien Laizé est un jeune hautboïste aussi discret qu’ en pleine ascension, aussi bien au hautbois « moderne » qu’au hautbois baroque –  une deuxième spécialité qu’il étudie à l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg – il s’y est plusieurs fois distingué par de remarquables solos avec l’orchestre baroque. D’une maturité exceptionnelle à ce stade, il joue en plus sous l’aile attentionnée – et tout aussi discrète – de sa collègue premier hautbois Olga Marulanda, une vraie grande professionnelle déjà très expérimentée. Belle paire. Belle occasion pour Aurélien. 

Kira Valkema (assistante à la mise en scène) (Regieassistentin) (Freiburg, D)
IMG_0002
debout : Lilia Dornhof, Kira Valkema, Carlos Harmuch, Germán Alcantara, Graziana Palazzo, Francisco Mañalich – assis : Martin Gester, Anita Fuchs, Jaroslaw Kitala, Eva Maria Soler

Wo Kira auftaucht braucht es keine 2 Minuten und der erste Lacher ist auf ihrer Seite. Sie ist unheimlich flexibel und hat für jedes Problem, sei es die Kostüme, Requisiten oder nur der Weg zum nächsten Bier betreffen immer eine Lösung parat.

Kira Valkema, assistante à la mise en scène (Regieassistentin) : portrait

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Derniers saluts avec, au milieu, Anita Fuchs et Kira Valkema

Kira a rejoint Génération baroque très récemment. Elle avoue une fascination pour le théâtre musical – elle a vécu elle-même l’expérience à la fois du théâtre et de la musique au sein du choeur d’enfants et du jeune choeur de l’opéra de Kiel, au nord de l’Allemagne. Ce qui la fit se décider à de secondes études de « musique scolaire » à l’Institut de Théâtre Musical (Institut für Musiktheater) à la Musikhochschule (l’équivalent des Pôles Supérieurs de Conservatoires à cursus universitaire) de Fribourg en Brisgau et à y débuter dans le poste d’assistante à la mise en scène et de chargée de production sous la direction du Prof. Alexander Schulin.

Auparavant, Kira avait étudié, toujours à Freiburg, les Sciences de la Culture et des Media, grâce à quoi elle avait abordé le théâtre. Après son Bachelor, elle avait accompli des stages dans la « Dramaturgie » (direction artistique de festival) et participé aux journées du théâtre en Bade-Wurtemberg comme assistante à la mise en scène de théâtre.

C‘est très récemment, par l’intermédiaire de Alexander Schulin, que Kira est entrée en contact avec Génération Baroque et a rejoint la production de l’Italiana in Londra. Ce qui l’a attirée tout particulièrement, c’est « la gestion à la fois des possibilités et des  contraintes que présente la production d’un véritable opéra dans des dimensions réduites et dans un laps de temps resserré, un spectacle dans lequel des artistes venant d’horizons les plus divers collaborent dans un temps court et un espace très resserré ».

Sur ses lèvres, un sourire amusé et content n’a jamais disparu tout au long de la production : Kira nous a confié qu’elle était complètement séduite par le travail de Carlos Harmuch et par l’esprit qui régnait dans le travail de l’atelier Génération Baroque : « sehr lustig ! » Elle remplacera le metteur en scène lors de la dernière représentation de 2015 à Spa.

Portrait

Kira Valkema studierte in Freiburg Kultur- und Medienwissenschaften und kam so ans Theater. Nach ihrem Bachelor machte sie ein Praktikum an der Dramaturgie und arbeitete danach als Mitorganisatorin der Baden-Württembergischen Theatertage und als Regieassistentin, allerdings zunächst im Schauspiel. 

Fasziniert vom Musiktheater (unter anderem durch eigene Erfahrungen im Kinder- und Jugendchor der Oper Kiel) entschloss sie sich zu einem Zweitstudium der Schulmusik an der Hochschule für Musik Freiburg und begann dort 2014, am Institut für Musiktheater als Regieassistentin und Produktionsleiterin für Prof. Alexander Schulin zu arbeiten. 

So erfuhr sie von der Génération Baroque und der Produktion L’Italiana in Londra. Ihr Interesse gilt besonders « den speziellen Anforderungen und Möglichkeiten eines kleinen Kammerprojekts, bei dem im Zuge intensiver Arbeit in kürzester Zeit eine Oper auf die Bühne gebracht wird und ein Ensemble aus ausgesuchten Sängern und Instrumentalisten aus der ganzen Welt auf kleinstem Raum zusammen agieren ».

Anita Fuchs, scénographe

IMG_3720

Freiburg im Breisgau / Boston / Berlin … Génération Baroque

Anita Fuchs
Anita Fuchs, Szenografin
C’est au hasard d’une rencontre franco-allemande au sein de la HEAR (Haute Ecole des Arts du Rhin) qu’Anita Fuchs et Martin Gester se sont rencontrés. Venant d’horizons à priori opposés : de part et d’autre du Rhin / de l’Atlantique ; de l’univers contemporain pour l’une, baroque et classique pour l’autre ; de l’image et du son.
L’idée de collaborer est venue naturellement, « au feeling » : leur complémentarité a agi comme une aimantation : tout a fonctionné tout de suite, tout comme avec le troisième élément de la constellation, le metteur en scène Carlos Harmuch.

C’est avec l’Italiana in Londra que le trio s’est réuni. Anita a tout de suite cerné le sujet, le fonctionnement de Génération Baroque, ses exigences (faire beaucoup avec peu, secouer les conventions du genre, naviguer contre le courant des habitudes et des inerties, enjamber les frontières de toutes sortes) et ses besoins (une reconnaissance, une notoriété et un réseau de partenaires à conquérir) .
Elle a imprimé une marque décisive sur la production 2015 de Génération Baroque – en harmonieuse collaboration avec l’éclairagiste/régisseur de Génération Baroque Christian Peuckert. La simplicité de sa personne, la malice de son regard et la chaleur de sa présence reflètent son art qui va à l’essentiel, son esprit d’initiative, son implication faite d’humour, d’intelligence et d’efficacité.

Etats-Unis, aller-retour. Parcours.

Après une jeunesse à Fribourg en Brisgau (D) Anita Fuchs a entamé une carrière de scénographe indépendante et de créatrice pour les espaces d’art, munie d’un MFA obtenu à Boston en 2004. Elle s’est ensuite rendue à New York pour y collaborer à des scènes alternatives de Broadway. Jusqu’en 2009, elle a travaillé au sein de nombreux théâtres d’état et indépendants, comme aussi avec le New York Tisch School of Arts, notamment pour Women’s Project – Julia Miles Theatre New York, Huntington Theatre Company Boston, Merrimack Repertory Theatre Massachussetts, Opera Boston, Clarence Brown Theatre Knoxville, Tennessee. En 2006 et 2008, elle a été nominée au Irne Award pour ses scénographie de Aunt Dan and Lemon et Saint Joan. Depuis 2010, Anita Fuchs s’est établie à Berlin où elle a obtenu un Master de scénographie à l’Université et où elle s’emploie depuis lors au management d’événements artistiques, de « jeune théâtre » participatif et d’animation scénique des musées.

Ce furent ensuite des collaborations avec la Maison de la Culture et des Congrès CH-Aarau – AUJA Theatergruppe, avec le Nordharzer Städtebundtheater, le Anhaltische Theater Dessau, le Schauspielhaus Neubandenburg, le Kleist Forum & Theater des Lachens Frankfurt (Oder), le Theater Mephisto & Co à Constance, le Festival de Salzbourg, le UdK à Berlin et le Musée pour la Culture Islamique – Pergamonmuseum Berlin.

http://www.anitafuchs.com

Génération Baroque, Atelier-Opéra des 2 Rives

©AF_Generalprobe_09

 Partenariats

Génération Baroque, à présent sous-titré « Atelier Opéra des 2 Rives », se réclame d’ une identité « rhénane » au sens où ce terme désigne un espace commun entre la France, l’Allemagne et la Suisse alémanique.

Le projet se propose notamment de s’appuyer sur le réseau – embryonnaire,  à développer – des structures d’enseignement supérieur du grand espace rhénan : Musikhochschulen allemandes (Karlsruhe, Freiburg, Trossingen),  Schola Cantorum Basiliensis, Haute Ecole des Arts du Rhin, et plus loin : Saarbrücken, Stuttgart, Fribourg/Suisse… Dans cette visée, il inscrit son activité dans des perspectives communes à trois fondations qui, dès cette année, s’associent à son projet.

 

1 – Fondation Rhénane pour la Culture / Kulturstiftung Oberrhein

De création récente, émanant de la même idée qui a présidé à la création de la plate-forme de communication szenik.eu, voici comment se définit cette nouvelle fondation :

La Fondation Rhénane pour la Culture est appelée à soutenir tout projet culturel et artistique de l’espace culturel rhénan, pourvu que des artistes d’au moins deux des trois pays : Allemagne, Suisse, France en soient les auteurs.
Les projets que nous soutiendrons doivent favoriser les croisements à tous les niveaux : entre les territoires, les disciplines artistiques, les publics, mais aussi entre les univers de la création et ceux de l’économie. Il s’agit pour la Fondation de contribuer à intensifier et structurer ces collaborations en favorisant les mobilités, les coproductions, les accueils, confrontations et toutes formes innovantes d’échanges avec les publics.

En apportant une aide décisive à des projets jeunes et innovants, la Fondation Rhénane pour la Culture veut rendre visible la singularité et la richesse de l’espace du Rhin Supérieur et contribuer au rayonnement d’un territoire au cœur de l’Europe. Elle veut aussi et surtout contribuer à sa construction au quotidien, par des Européens conscients de partager des valeurs communes. La vocation de la Fondation Rhénane pour la Culture est bien de favoriser l’émergence d’un irréversible sentiment d’appartenance commune des Européens du Rhin à travers des projets dont la culture sous toutes ses formes constitue le dénominateur commun.

Die Kulturstiftung Oberrhein hat es sich zum Ziel gesetzt, Kunst und Kulturprojekte zu unterstützen, unter der Voraussetzung, dass mindestens zwei unserer drei Länder bei den vorgeschlagenen Projekten eingebunden sind.
Die Projekte, die wir unterstützen, stärken den kulturellen Austausch : die Kulturstiftung Oberrhein übt eine begleitende Funktion innerhalb der trinationalen Metropolregion Oberrhein aus, stellt einerseits den Dialog zwischen den verschiedenen künstlerischen Disziplinen und deren Publikum her und andererseits sollen Kulturscha ende und Wirtschaft einander näher gebracht werden. Die Kulturstiftung Oberrhein stärkt und strukturiert die Zusammenarbeit, fördert die Mobilität der Akteure, die Koproduktionen, sowie innovative Formen des Austauschs mit dem Publikum. 

Indem sie neue und innovative Projekte unterstützt, möchte die Kulturstiftung Oberrhein auf die Einzigartigkeit und den kulturellen Reichtum der Metropolregion Oberrhein aufmerksam machen und zu deren Ausstrahlung und Präsenz innerhalb Europas beitragen. 

 

2 – Fondation Entente Franco-Allemande – FEFA

Sa mission est d’aider à dynamiser la coopération franco-allemande dans cette grande région qui englobe l’Alsace, le Bade-Wurtemberg, Bâle et ses environs, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et la Moselle, et à faire de cette dernière, un espace européen expérimental, dédié au rapprochement et à la coopération des institutions publiques et privées, au service de ses citoyens.

Fondée en 1981 pour régler un contentieux lié au second conflit mondial (l’indemnisation des Alsaciens-Mosellans incorporés de force dans la Wehrmacht), la Fefa se donne depuis 2010 de nouveaux objectifs.

Elle est aujourd’hui surtout porteuse de projets franco-allemands et acteur à part entière dans les relations franco-allemandes.

Conformément à sa nouvelle vocation, la FEFA s’est fixé un ambitieux programme dans les domaines économique, social, et culturel en portant une attention particulière à la formation des jeunes dans l’espace transfrontalier d’Alsace et de Lorraine.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, elle se propose de soutenir le projet d’Atelier Opéra des 2 Rives GENERATION BAROQUE en ce que celui-ci appelle à la réunion, à la collaboration et à la formation de talents détectés majoritairement, mais sans exclusive, dans le grand espace du Rhin supérieur (artistes de la scène, chanteurs et instrumentistes, formateurs et étudiants en fin de cursus) en vue de leur formation et de leur promotion par-delà les frontières.

en savoir plus : http://www.fefa.fr/fefa/presentation

auf deutsch : http://www.fefa.fr/de/fefa/wer-sind-wir

 

3 – L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) – Deutsch-Französisches Jugendwerk (DFJW)

Organisation internationale au service de la coopération franco-allemande créée par le Traité de l’Elysée en 1963 et qui a pour sièges Paris et Berlin. Elle a pour mission d’encourager les relations entre les jeunes des deux pays. Il agit comme un laboratoire pour les projets transfrontaliers et la coopération européenne et, souhaite que cette expérience serve de source d’inspiration pour des projets trinationaux.

Das Deutsch-Französische Jugendwerk (DFJW) ist eine internationale Organisation im Dienst der deutsch-französischen Zusammenarbeit mit Standorten in Paris – dem Sitz – und Berlin.

Die Gründung des DFJW geht auf den deutsch-französischen Freundschaftsvertrag, den „Elysée-Vertrag“, von 1963 zurück. Die Aufgabe des DFJW ist es, die Verbindungen zwischen jungen Menschen in Deutschland und Frankreich auszubauen und ihr Verständnis füreinander zu vertiefen. Die Erfahrungen dieses Austauschs will sie auch als Versöhnungsarbeit an Drittländer weitergeben.