Gli Astrologi Immaginari

Notes sur la production – par Carlos Harmuch, metteur en scène.

Carlos Harmuch
Carlos Harmuch

 

C’est pour la 7e fois que Carlos Harmuch est le partenaire central de Génération Baroque. Après L’Infedeltà Delusa de Haydn, les Imbroglios amoureux d’un Pastiche d’opéra de Mozart, Acis & Glatea de Haendel, Orpheus de Telemann, L’Italiana in Londra de Cimarosa, et les intermezzi Pimpinone de Telemann et Livietta e Tracollo de Pergolèse, Ils se retrouvent pour l’un de leur répertoire préférés : l’opéra bouffe à l’italienne.
L’ouvrage de Paisiello, choisi pour ses éminentes qualités de gaîté, de jubilation, d’excellence musicale et… de concision – et exactement contemporain de L’Italiana a Londra, est un chef d’oeuvre qu’il sera donné au public de redécouvrir – il ne le regrettera pas.

Synopsis

Petronio est passionné d’astrologie et de philosophie jusqu’à l’obsession. Il a décidé de marier ses filles Clarice et Cassandra à des hommes érudits, aussi il rejette Giuliano, qui est aimé de Clarice.

Contrairement à Clarice, une fille simple, sa soeur aînée, la docte Cassandra est également passionnée de philosophie. Pour conquérir Clarice, Giuliano va se déguiser en philosophe grec de cent ans qui prétend être capable de se rajeunir grâce à un élixir, et aussi qu’il peut guérir Clarice de son ignorance :  Petronio lui cède sa fille avec enthousiasme et signe ce qui semble être l’acte de mariage, sans même l’avoir lu. Pendant ce temps,  l’élixir fait son oeuvre, le philosophe rajeunit et se transforme pour devenir le beau Giuliano au grand désespoir de Petronio, qui se rend compte qu’il a été dupé.

Notre propos : 

A partir du moment où nous avons choisi Gli Astrolgi Immaginari  comme sujet de l’atelier Génération Baroque 2019, ont surgi quelques questions : comment confronter un groupe de jeunes solistes avec cette oeuvre géniale fruit de la collaboration de deux personnalités si accomplies dans l’opéra bouffe que sont Paisiello et Bertati ? Comment travailler, sous la forme d’un atelier, sur une oeuvre écrite il y a plus de 240 ans et qui fit « mourir de rire » Catherine II de Russie ? Les réponses se trouveront dans les caractéristiques-mêmes de la dramaturgie appliquée à l’oeuvre : assurément avec légèreté et sur le mode du jeu, de la gaieté et de l’art de l’acteur-chanteur.

Le livret de Bertati a été conçu essentiellement autour de trois thèmes : celui de l’idée fixe, celui du conflit de générations et celui du jeu de travestissements. Cette oeuvre est aussi un exemple typique d’opera buffa où la classe inférieure gagne dans la compétition entre les couches de la société. Ici,  les obsessions, les stratagèmes et les défauts des personnages sont génialement amplifiés et prétendent transmettre un message moral. Cependant, comme c’est l’usage dans la comédie, l’objectif des nombreuses roueries et artifices est de conquérir la sympathie du public. 

Pour répondre à ce défi nous avons imaginé un groupe de jeunes gens le jour du déménagement d’une bibliothèque. Ceux-ci découvrent dans les boîtes des livres et des objets qui les incitent à imaginer une action théâtrale avec ses personnages. Les situations et les turbulences dans lesquelles ils se trouvent impliqués ont un seul objectif : celui de jouer et se divertir. C’est, du même coup, une inépuisable source de divertissement pour le public.

Carlos Harmuch, metteur en scène

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s