Diana : des images

Cupido (Vera Hiltbrunner) & Aurilla (Janina Staub)

Reinhard Keiser : Diane ou la Vengeance de Cupidon – des images 

Moments de la représentation en avant-première (actes 1 & 2) à Amilly, Espace Jean Vilar, le 9 mai 2018, à la fin d’une résidence de 8 jours pour la création de l’ouvrage.

  • Diana : Elizaveta Belokon
  • Cupido : Vera Hiltbrunner
  • Aurilla : Janina Staub
  • Endimion : Belinda Kunz
  • Silvano : Carlos Arturo Gómez Palacio
  • Tirsi : Santiago Garzón Arredondo
  • violon : Karolina Habalo
  • violoncelle : Felix Thiedemann
  • clavecin 1 : Johannes Rake
  • Mise en scène : Benjamin Prins
  • Assistante : Pénélope Driant
  • Scénographie : Anita Fuchs
  • Lumières : Benjamin Prins & Fabio Fainelli (création), Stéphane (plateau).
  • Direction musicale et supervision : Martin Gester
  • Administration et production : Sabine Fourel
  • Assistante et photos : Weronika Stalowska

La production se poursuivra en Moselle, Alsace et Pays de Bade (All.) (et ailleurs ?) avec la totalité du spectacle entre les 14 et 18 novembre prochain (2018)

 

 

 

Reinhard Keiser : DIANA, 2018

Reinhard Keiser

Diana oder der sich rächende Cupido

(Diane ou la vengeance de Cupidon)

Hamburg 1712 – 1724

Génération Baroque 2018 propose une nouvelle session de travail scénique et musical et présentera, pour la première fois en France[1], un spectacle inédit à partir de l’ouvrage de Keiser : Diane, ou la vengeance de Cupidon.

Des auditions à Strasbourg, Paris, Francfort et Bâle donnent l’occasion à de jeunes musiciens professionnels, ou achevant leurs études dans les établissements d’enseignement supérieur, d’unir leurs talents en vue de l’interprétation de cet ouvrage original d’un compositeur aussi passionnant que peu joué.

La session aura lieu en deux phases : 2-9 mai et 8-18 novembre 2018. Elle intègrera la formation musicale et scénique des chanteurs et de l’ensemble instrumental et se terminera par des représentations données en divers lieux de la grande région Est.

L’ouvrage

Musicalisches Schau-Spiel – Action lyrique en allemand et en italien de Reinhard Keiser sur un livret de Johann Ulrich von König, d’après Endimione de Francesco de Lemene, représenté à Hambourg, Theater am Gänsemarkt en 1724.

La déesse Diane, ennemie jurée de l’Amour, menace de mort toute compagne qui y succombe. Pour montrer son pouvoir, Cupidon la blesse d’une de ses flèches, ce qui la fait tomber folle d’amour pour Endymion, un magnifique jeune homme qu’elle trouve endormi dans les bois. Une autre flèche blesse sa suivante Aurilla qui, elle aussi, est prise de passion pour Endymion, ce qui la fait rejeter les avances de Tirsis. Cependant, Endymion n’a que faire des deux femmes et, constamment, cherche à retrouver son amante perdue Dorinda. Après divers malentendus absurdes, il s’avère que Dorinda est son chien. Le « chasseur comique » Sylvano, ayant capturé Cupidon dans ses filets comme on attrape un oiseau, l’offre à Diane, et Cupidon persuade celle-ci de le libérer contre le fait de faire d’Endymion son amant. Aurilla, que Diane a d’abord changée en arbre pour avoir aimé Endymion, est libérée et joyeusement unie à Tirsis.

La Vengeance de Cupidon, l’un des ouvrages les plus séduisants du grand compositeur (trop peu joué, il a été un modèle pour Telemann et Haendel), est ainsi, pour Génération Baroque, après l’Italiana in Londra de Cimarosa et les intermèdes de Telemann et de Pergolesi, l’occasion de représenter à sa manière, fraîche et désinvolte, un nouvel épisode des imbroglios amoureux baroques.

Effectif (stagiaires)

Personnages
  • Cupido : soprano
  • Diana : soprano
  • Aurilla : soprano
  • Endimion : alto de préférence masculin
  • Tirsis : baryton
  • Silvano : tenor
Orchestre
  • hautbois/flûte à bec
  • basson
  • violons
  • alto
  • violoncelle
  • contrebasse ou violone en ré
  • théorbe
  • claveciniste chef de chant stagiaire
  • clavecin
Encadrement
  • Direction musicale et d’ensemble : Martin Gester
  • Mise en scène : Benjamin Prins
  • Scénographie : Anita Fuchs
  • Coach vocal : Ulrike Hofbauer

Modalités de participation

Les candidats seront auditionnés et une sélection sera faite en fonction de la qualité de la prestation, de la motivation, de l’adéquation musicale et scénique aux rôles proposés et de l’âge.

Une condition sine qua non est l’engagement à la disponibilité à toutes les dates de la session (attention : la période varie entre chanteurs, continuo et orchestre).

Il est proposé quatre lieux et dates d’auditions : Strasbourg, Paris, Bâle et Francfort.

En cas d’impossibilité ou de difficulté à participer à l’une d’entre elles, les candidats pourront envoyer des enregistrements : vidéo (max 720p) pour les chanteurs ; audio (MP3) ou vidéo pour les instrumentistes.

Etapes

Dépôt des dossiers de candidature 3 jours avant la date d’audition choisie

pour le 25 mars 2018, en cas d’envoi d’enregistrements

Dates des auditions (France, Allemagne et Suisse)

  • Francfort- Dr Hoch’s Konservatorium : mercredi 28 février 2018
  • Bâle – Schola Cantorum Basiliensis : samedi 3 mars 2018
  • Strasbourg – Cité de la Musique : lundi 5 mars 2018
  • Paris – Conservatoire National Supérieur de Musique : mardi 6 mars 2018

Annonce de la distribution finale pour le 2 avril 2018

1ère résidence à Amilly (environ 150 km de Paris) du 2 au 9 mai 2018 (chanteurs, clavecins, violon, violoncelle : travail musical et scénique et concert/show case final).

2ème résidence au Couvent de Sarrebourg (Lorraine) du 8 au 15 novembre 2018 (chanteurs et continuo) et du 10 au 15 novembre 2018 (ensemble instrumental)

3 ou 4 représentations en Lorraine, Alsace, Allemagne du 15 au 18 novembre 2018

Conditions financières

  • Les participants sont totalement défrayés durant l’ensemble de la session SAUF le voyage A/R depuis leur domicile, qui est à leur charge.
  • Le concert/show case du 9 mai et 2 représentations de novembre font partie de la formation. Dès le 3ème concert, les artistes sont rémunérés à une hauteur qui sera fixée ultérieurement.

Programme de l’audition

Chanteurs :

2 airs de Keiser, Haendel, Telemann, Scarlatti ou similaire pour voix accompagnée au clavecin

  • de caractères contrastés
  • l’un en allemand, l’autre en italien
  • l’un des airs précédé d’un récitatif significatif
  • s’il y a des instrument(s) obligé(s), il faut venir avec ses instrumentistes, sinon ce sera joué au clavecin.

NB pour une audition dans les meilleures conditions : prière d’envoyer les copies des accompagnements en .pdf à l’avance par e-mail. On peut venir avec son accompagnateur.

Option : nous mettrons à disposition des chanteurs des copies d’airs choisis qui leur permettront d’avoir un aperçu des rôles et qu’ils pourront présenter s’ils le veulent (mais ce n’est nullement une obligation).

Instrumentistes

10 minutes de musique maximum (les reprises sont  facultatives)

  • cordes : 2 ou 3 mouvements contrastés d’une fantaisie, sonate ou partita pour violon, alto/viola, ou violoncelle seuls (Telemann, Bach…) – et 1 ou 2 mouvements avec basse continue d’un style proche (Corelli, Biber, Haendel…).
  • contrebasse ou violone : nous consulter
  • clavecin et théorbe : 2 pièces ou extraits de cantates dont au moins un récit – venir si possible avec un instrument de dessus ou un chanteur. Au besoin, nous consulter.

Limite d’âge

Les moins de 30 ans sont prioritaires, mais des exceptions sont possibles.

Télécharger le dossier de candidature

Cliquer ici pour le télécharger

  • Le dossier de candidature est à envoyer, au plus tard 3 jours avant la date d’audition choisie, à production@leparlementdemusique.com ou par voie postale à l’adresse suivante : Le Parlement de Musique – 17 Grand Rue – F-67000 STRASBOURG

NB : si audition, l’envoi d’enregistrements est facultatif.

  • Si impossibilité de participer aux auditions : envoi du dossier de candidature électronique avec extraits audio et/ou vidéo avant le 25 mars 2018

Pour plus d’informations

  • Tél : 00 33 3 88 32 20 13
  • E-mail : production@leparlementdemusique.com

[1] L’ouvrage a été présenté en Belgique en 2003 par l’Opéra des Flandres sous la direction de Florian Heyerick et dans une mise en scène de Gabriele Rech. Nous les remercions pour la mise à disposition de la partition.